Actus

Pour devenir vannière, elle lance une cagnotte

Pauline Larcher suit une reconversion professionnelle pour vivre de la vannerie. Après un stage à la coopérative de vannerie de Villaines-les-Rochers (Indre-et-Loire), la jeune femme de 33 ans, habitante du Val d’Ille, fonde son entreprise.

« Je commence la culture d’osier sur 25 ares près d’une rigole de l’étang de Boulet, à Feins. Il n’y a plus de plantation d’osiers désormais en Ille-et-Vilaine, constate-t-elle.Il faut le faire venir de Touraine ou de Haute-Marne. J’ai envie de produire mon propre osier pour ensuite le transformer. »

Après avoir dessouché les saules dans une parcelle pour y planter de l’osier, Pauline Larcher va rénover un atelier et s’équiper en outils. Pour envisager de vivre de son nouveau métier, l’entrepreneure a lancé une campagne participative en ligne jusqu’au 8 mai. « Ma petite oseraie test, qui a un an pousse bien, c’est de très bon augure pour la plus grande. »

Très connectée, Pauline Larcher suit aussi d’autres vanniers sur le réseau social Instagram. « Cela fonctionne très bien car les productions sont très visuelles », constate-t-elle. Plateaux-repas, panier à linge, corbeille, suspension ou casier à bouteilles font partie des nombreuses créations disponibles sur commande. Nommé les Paniers de Pauline, son projet de vannerie artisanale propose aussi des animations vers le public pour expliquer ce savoir-faire ancestral.